Evaluation de la disponibilité des personnels qualifiés en santé maternelle et néonatale à Madagascar

African Evaluation Journal


 
 
Field Value
 
Title Evaluation de la disponibilité des personnels qualifiés en santé maternelle et néonatale à Madagascar valuation de la disponibilité des personnels qualifiés en santé maternelle et néonatale à Madagascar
 
Creator Andriantsimietry, Sandrine Rakotovao, JeanPierre Ramiandrison, Eliane R. Andriamiharisoa, Haja Razakariasy, Eric M.R. Favero, Rachel Bazant, Eva Gomez, Patricia Dao, Blami
 
Subject — — — —
Description A Madagascar, la situation de la santé maternelle et néonatale demeure inquiétante avec un ratio de mortalité maternelle de 478 pour 100 000 naissances vivantes et des taux de mortalité néonatale et infantile de 26 pour 1000 naissances vivantes et de 42 pour 1000 naissances vivantes, pour les enfants âgés de moins d’un mois et les enfants âgés de moins d’un an respectivement. Plusieurs facteurs pourraient expliquer cet alarmant état de santé maternelle et néonatale, y compris la pénurie de personnel de santé qualifié. Etant donné que plusieurs interventions ont été réalisées pour l’atteinte des objectifs 4 et 5 de l’OMD et qu’elles n’ont pas été fructueuses, il est pertinent d’évaluer la disponibilité des agents de santé qualifiés pour offrir les services de santé maternelle et néonatale dans les établissements sanitaires publics. L’enquête transversale a utilisé et adapté l’outil SARA (Service Availability and Readiness Assessment) de l’Organisation Mondiale de la Santé dans les 52 établissements sanitaires publics, dans 15 des 22 régions de Madagascar. Les données ont été collectées sur tablette avec le logiciel CommCare ODK© et analysées par niveau des établissements sanitaires avec le SPSS20.0. Le médecin généraliste est absent dans 14%des hôpitaux de référence et 22% des centres de santé primaire. Le nombre médian de gynécologue obstétricien dans les hôpitaux pour pratiquer les opérations césariennes est de 1. Seulement 20% des 15 régions enquêtées ont une proportion élevée ( 80%) de personnels qualifiés en santé maternelle et néonatale dans les établissements sanitaires publics. Dans l’optique d’une réduction tangible des mortalités maternelles et néonatales, l’on devrait renforcer la capacité de de ressources humaines et leur disponibilité pour offrir les services de santé maternelle et néonatale dans les établissements sanitaires publics. A Madagascar, la situation de la santé maternelle et néonatale demeure inquiétante avec un ratio de mortalité maternelle de 478 pour 100 000 naissances vivantes et des taux de mortalité néonatale et infantile de 26 pour 1000 naissances vivantes et de 42 pour 1000 naissancesvivantes, pour les enfants âgés de moins d’un mois et les enfants âgés de moins d’un an respectivement. Plusieurs facteurs pourraient expliquer cet alarmant état de santé maternelle et néonatale, y compris la pénurie de personnel de santé qualifié. Etant donné que plusieurs interventions ont été réalisées pour l’atteinte des objectifs 4 et 5 de l’OMD et qu’elles n’ont pas été fructueuses, il est pertinent d’évaluer la disponibilité des agents de santé qualifiés pour offrir les services de santé maternelle et néonatale dans les établissements sanitaires publics. L’enquête transversale a utilisé et adapté l’outil SARA (Service Availability and Readiness Assessment) de l’Organisation Mondiale de la Santé dans les 52 établissements sanitaires publics, dans 15 des 22 régions de Madagascar. Les données ont été collectées sur tablette avec le logiciel CommCare ODK© et analysées par niveau des établissements sanitaires avec le SPSS20.0. Le médecin généraliste est absent dans 14%des hôpitaux de référence et 22% des centres de santé primaire. Le nombre médian de gynécologue obstétricien dans les hôpitaux pour pratiquer les opérations césariennes est de 1. Seulement 20% des 15 régions enquêtées ont une proportion élevée ( 80%) de personnels qualifiés en santé maternelle et néonatale dans les établissements sanitaires publics. Dans l’optique d’une réduction tangible des mortalités maternelles et néonatales, l’on devrait renforcer la capacité de de ressources humaines et leur disponibilité pour offrir les services de santé maternelle et néonatale dans les établissements sanitaires publics.
 
Publisher AOSIS
 
Contributor — —
Date 2015-10-12
 
Type info:eu-repo/semantics/article info:eu-repo/semantics/publishedVersion — — —
Format text/html application/octet-stream text/xml application/pdf
Identifier 10.4102/aej.v3i2.156
 
Source African Evaluation Journal; Vol 3, No 2 (2015); 8 pages 2306-5133 2310-4988
 
Language eng
 
Relation https://aejonline.org/index.php/aej/article/view/156/224 https://aejonline.org/index.php/aej/article/view/156/225 https://aejonline.org/index.php/aej/article/view/156/226 https://aejonline.org/index.php/aej/article/view/156/207
 
Coverage — — — — — —
Rights Copyright (c) 2015 Sandrine Andriantsimietry, JeanPierre Rakotovao, Eliane R. Ramiandrison, Haja Andriamiharisoa, Eric M.R. Razakariasy, Rachel Favero, Eva Bazant, Patricia Gomez, Blami Dao https://creativecommons.org/licenses/by/4.0